Faleh Ibn Nafi' al Haddadi - Partie 4

Publié le par Kamaal As-Salafii Al-Maghribii

Réponse des savants


Cheikh Al ‘Outhaymine


Les deux savants An Nawawi et Ibn Hajar ont certes beaucoup amené à la communauté islamique et ils ont un réel mérite. Leurs erreurs dans l’interprétation des attributs d’Allâh sont recouvertes par leurs mérites et par ce qu’ils ont amené de choses bénéfiques(…) Notre avis est qu’ils font partie de Ahl As Sounna wal Jamâ’a. En témoignent leurs services rendus à la Sounna du Messager d’ Allâh r et leurs ardeurs à la nettoyer de ce qui lui est attribué comme défauts (…). Nous espérons qu’ Allâh leur pardonnera.)

Voir Kitab al’ilm de cheikh Al ‘Outhaymine, question 98.

Pour télécharger le Livre cliquez ici


Cheikh Saleh Al Fawzân :


Question : « Certaines personnes disent de certains imams comme Ibn Hajar, An Nawawi, Ibn Hazm, Al Showkâni et Al Bayhaqi qu’ils sont des innovateurs. Sont-ils véridiques ? »

Réponse : « Les mérites de ces imams, leurs science abondante, le profit qu’ils apportent aux gens, leurs efforts fournis pour préserver et propager la Sounna, leurs immenses livres, tout cela couvre leurs fautes (…) An Nawawi, Ibn Hazm, Ibn Hajar, Al Showkâni, Al Bayhaqi, ceux- la sont des grands imams, dignes de confiance aux yeux des gens de science (…) mais toi pauvre homme ! Qu’as-tu apporté comme profit aux musulmans ? Qu’as-tu accumulé comme science ? Connais- tu ce que connaît Ibn Hajr et An Nawawi ? As-tu apporté aux gens ce qu’ont apporté Ibn Hazm et Al Bayhaqi ?!

Voir: Al Awjouiba al Moufida, question 100

Pour lire l'article en arabe cliquez ici


Cheikh Al Jâbiri et cheikh Sâlih âl Cheikh


La question suivante a été posée à cheikh ‘Obeïd Al Jâbiri et à cheikh Sâlih âl Cheikh :

« Que dites vous de gens qui nous disent : vous réprouvez At Tourâbi, At Talmalsâni, Al Ghazâli, Al Qardâwi, vous les qualifiez d’innovateurs, vous médisez d’eux, et vous ne citez pas leurs bons cotés. Alors qu’il existe des imams qui sont tombés dans des innovations comme Ibn Hajar et An Nawawi, vous dites du bien des anciens et vous parlez en mal de ceux qui sont venus après. »


Cheikh Al Jâbiri :


Fait partie des fondements la réplique au contrevenant même si celui-ci est un imam, un savant, sans tenir compte de ses bonnes actions. On réplique à l’erreur et on montre la vérité. Même si celui qui s’est trompé est un compagnon du Prophète

Celui qui observe les livres de Jarh a Ta’dil (critique et attestation d'honorabilité) trouvera que les bonnes actions des personnes critiquées ne sont pas citées, ou sinon très rarement. Le meilleur exemple est le récit dans lequel Fâtima Bint Qayss demande conseil au Prophète et l’informe que Mou’âwia et Abou Jahm, qu’ Allâh les agréé, l’ont demandé en mariage. Le Messager lui répond : « Quant à Mou’âwia, il est pauvre, quant à Abou Jahm, il ne cesse de frapper ses femmes ». Ces deux hommes ne sont-ils pas des compagnons du Messager d’ Allâh r ? Donc, le but recherché en montrant les erreurs et en montrant la vérité est de conseiller la communauté.

Concernant Ibn Hajar et les fautes qu’il a commises dans ses livres : je ne pense pas que les savants se soient tus sur ce sujet. Dans certaines éditions du livre « Fath Al Bâri », se trouvent des commentaires de cheikh Ibn Bâz et d’autres. Les savants ont montré les erreurs commises par Ibn Hajar ou par d’autres savants, comme An Nawawi.

Par contre, concernant Al Ghazâli, Al Qardâwi et d’autres, la communauté a été éprouvée par ces gens et par conséquent, leurs fautes sont plus lourdes. La situation exige donc que l’on leur réplique par la manière forte.

Quant aux fautes de Ibn Hajar et de An Nawawi dans leurs livres, seul les étudiants s’en aperçoivent. Quant à ceux là, l’élite et la masse des gens en sont éprouvées…


Cheikh Sâlih âl Cheikh :


Premièrement, la comparaison donnée par cette personne est une preuve de son ignorance. Comment peut on comparer Ibn Hajar et An Nawawi à des gens comme At Tourâbi, Al Ghazâli et Al Qardâwi. Aucune comparaison possible. Ceux- là aiment la Sounna et l’expliquent. Leurs fautes d’interprétation sont minimes par rapport à ce qu’ils ont expliqué de l’Islam. Jusqu’à présent les gens de science ne cessent de profiter de leurs paroles ; plus encore, ils ne cessent de comprendre les textes du Coran et de la Sounna à l’aide de leurs explications car ils étaient réellement des gens de science.

Quant à ces contemporains, At Tourâbi, Al Ghazâli, Al Qardâwi, At Talmalsâni et leurs semblables, ce sont des chefs qui ont appelé les gens à ne pas s’accrocher à la Sounna et qui ont appelé à la rejeter. Il y a donc une différence entre celui qui se trompe, qui s’écarte de la vérité, dans un point, ou dans une branche de l’Islam, dans une affaire de croyance ou deux, et entre celui qui va à l’encontre de la base de l’Islam. Ces derniers ne donnent aucune valeur au Tawhid. Les partisans de l’unicité ont subi de leurs parts les plus grands préjudices.


Prenez At Tourâbi : il voit qu’il faut renouveler les fondements de l’Islam et de la Jurisprudence, qu’il faut instaurer de nouveaux fondements de Jurisprudence convenant à notre époque pour comprendre le Coran et la Sounna.

Al Ghazâli rejette la Sounna quand elle va à l’encontre de sa raison et sa compréhension.

Al Qardâwi est sur la même voie.

At Talmalsâni ne connaît pas le l’unicité de l’adoration ni la Sounna…


Ceci n’est pas étonnant car tous sortent de l’école des Frères Musulmans. Cette école est connue pour ces fondements et ses méthodologies. Il n’est donc pas étonnant qu’elle forme de telles personnes à l’avenir…


Par conséquent, les réprouver eux et leurs fautes est une obligation car ils égarent les gens au nom du prêche, et les jeunes les magnifient sous prétexte qu’ils sont des prêcheurs de l’Islam.


Quant à Ibn Hajar et An Nawawi, nous n’avons jamais entendu quelqu’un défendre une de leurs fautes touchant à la croyance sous prétexte que Ibn Hajar a dit ou que An Nawawi a dit. Seulement, leurs fautes ont eut lieu à leurs époques et le profit que les gens ont tiré de leurs sciences abondantes et leurs compréhensions éclairées est resté.


Il n’est donc pas permis de comparer ceux-ci avec ceux-là.


écouter les réponses

(À la 16è min environ)

Commenter cet article