Mohamed al Maghrawui - Partie 2

Publié le par Kamaal As-Salafii Al-Maghribii

L'Influence des Qotbi sur Al Maghrawi


Al Maghrâwi rend mécréant toute la communauté





I ) - Toute la communauté est hypocrite



Al Maghrâwi dit dans une k7 vidéo intitulée :

« les caractéristiques des hypocrites » datée du 8/6/1996 :

« Les versets qui décrivent l’hypocrisie dans les sourates Al Baqara, An Nissa, Al Anfal, At Tawba, Al Ahzab, Al Mounafiqoun s’appliquent à notre époque à 100% car pas de prière, pas de religion, pas de ‘aqida, rien ! Et qui organise cela ? Les hypocrites ! »



Réponse de Cheikh As Souhaymi

« Il n’y a aucun doute que l’hypocrisie et les hypocrites existaient avant et existent maintenant. Mais cette généralisation de cette manière en disant que 100% des gens sont des hypocrites et qu’il n’ y a pas de musulmans est extrêmement dangereuse. Cette parole doit être complètement effacée. Il faut que son auteur se repente sincèrement à Allâh car il a rendu mécréant tous les musulmans. C’est un jugement khariji inspiré la plupart du temps des généralisations de Seyid Qotb dans son livre « Sous les ombrages du Qoran » et dans beaucoup de ses livres dans lesquels il juge que tous les musulmans ont apostasié. »



Réponse de Cheikh An Najmi

« Viser l’ensemble des musulmans par cette parole est une faute. Il y a parmi les musulmans des personnes pieuses et des personnes perverses. Il se peut que l’ignorance, le faux et l’hypocrisie dominent dans un pays, et malgré cela on ne peut pas dire pas qu’il n’y a pas de musulmans, de pieux, de véridiques. De même que l’on peut trouver des pays ou l’hypocrisie, le faux et les désobéissances sont moins importants que dans d’autres pays et ainsi de suite. Donc lancer ce genre de parole envers tous les musulmans comme cela de manière absolue fait partie des penchants takfiri »


Al Maghrâwi dit dans la K7 vidéo « Al Mounafiqounes », datée du 22/6/1996 :

« Où est le Coran dans le cœur des gens ? Où est la Sounna dans leurs cœurs ? Ce verset nous donne la réponse. C’est comme si elle parlait. Si tu réunissais les musulmans sur la terre à un seul endroit, ce verset aurait parlé « Sourds, muets, aveugles » (Sourate Al Baqara).
Il n’est pas possible que le Qoran soit descendu à la communauté, qu’un Prophète lui soit envoyé, que des traditions du Prophète r lui soient laissées et que ces traditions soient apprises, et qu’ avec cela tu trouves la communauté à l’opposé de cela : aucune ‘aqida, aucun tawhid, aucune tradition du Prophète , aucune législation, aucun jugement, aucune prière… »


Sa parole :

« aucune ‘aqida, aucun tawhid, aucune tradition du Prophète , aucune législation, aucun jugement, aucune prière »

est une qualification takfiri de la communauté, une manière de parler dont al Maghrâwi peine à se débarrasser…

Al Maghrâwi a lu un texte de ce genre alors qu’il défendait sa thèse de doctorat devant Cheikh ‘Atiia Mouhamad Sâlim, :

« ça c’était lorsque l’ensemble des musulmans avait une religion, une ‘aqida ; mais à présent : aucune religion aucune ‘aqida. Leurs occupation essentielle est de jouir des plaisirs de la vie d’ici bas. »

Alors Cheikh ‘Atiia Mouhamad Sâlim l’interrompu en lui disant :

« tu fais partie des musulmans oh mon frère ! Celui qui dit les gens ont mécru, c’est certes lui qui les a mené à mécroire ou c’est certes lui le plus mécréant. J’ai certes la conviction que ces généralisations ne conviennent pas qu’il ne convient pas de faire ces généralisations. Il est obligatoire pour l’homme de s’écarter de tout ce qui nécessite de s’excuser. »

Al Maghrâwi reprit :

« je voulais dire… ».
Alors Cheikh ‘Atia lui dit :

« ce que tu voulais dire, laisse le dans ta poche ! Tu es en train de défendre une thèse et non pas ce que tu voulais dire ! »

Observe bien mon frère. Ce propos d’al Maghrâwi n’a pas été exposé à un savant sans qu’il ne l’ait repoussé. Si donc tu es capable de critiquer, le propos est devant toi. Dans le cas contraire,

« Demandez donc aux gens du Rappel si vous ne savez pas ».



II ) - Al Maghrâwi compare les désobéissants aux adorateurs du Veau de l’époque de Moussa Alayhi sallam



« La relation qui existe entre les désobéissants et leurs objets de désobéissance est comme celle qu’il existait entre les juifs et le veau qu’ils adoraient. En effet ces derniers passaient leurs temps auprès du veau, ils dansaient auprès de lui, ils l’adoraient. Et maintenant, les pervers, les désobéissants de notre époque prêtent une grande attention à leurs objets de désobéissance, ils les respectent, les honorent. Les désobéissants actuels fabriquent des choses qui détournent de l’adoration d’Allâh et donc ils les adorent en dehors d’Allâh.
Les enfants d’Isrâ-il qui ont adoré le veau sont plus propres que les désobéissants de notre époque. Les premiers n’ont adoré qu’un objet fait d’or et d’argent alors que les derniers ont adoré des veaux de toutes sortes. Tout ce qui va en contraire des principes de l’Islam est considéré comme un veau. ».




Voici la réponse de Cheikh Zaid Al Madkhali

« La musique est interdite. Cependant on ne juge pas le chanteur ni la personne qui écoute la chanson comme mécréant. Cela ne fait seulement partie que des grands péchés qui en dehors de la mécréance sont sous la volonté d’Allâh .
Il n’est pas permis de considérer les chansons comme étant de la mécréance et de considérer les amateurs de chansons comme les adorateurs du veau, des statues et des idoles. C’est une faute énorme.
Son auteur doit revenir à la vérité, revoir les textes du Qoran et de la Sounna et les comprendre comme il se doit afin de ne pas tomber dans le chemin des takfiris. Ce genre de propos ne peut pas sortir de la bouche d’un savant qui connaît le sens des versets coraniques et des hadiths et la voie des salafs dans le domaine de la foi, du jugement des grands péchés et de leurs auteurs… »


De même Cheikh As Souhaymi a considéré ces paroles comme du takfir envers les musulmans. Voici sa parole

« La chanson est une perversité. Il n’ y a aucun bien chez les chanteurs car ils ouvrent les portes du mal aux gens. Malgré cela, nous ne disons pas qu’ils sont des mécréants s’ils attestent qu’il n’ y a pas de divinité à part Allâh et que Mouhamad est le Messager d’Allâh, et qu’ils accomplissent les œuvres apparentes et cachées qu’impliquent leurs attestations. Parmi ces œuvres, il y a l’accomplissement de la prière dont l’abandon, même par négligence, est une grande mécréance.
Donc si cet homme accomplit la prière et unifie Allâh, il n’y a aucun doute qu’il est un musulman désobéissant ou en d’autres termes un croyant par sa foi et un pervers par son grand péché ou encore un croyant dont la foi est diminuée.
Celui qui dit que la chanson est comme un veau et que celui qui l’écoute a certes adoré le veau a fait du takfir envers les musulmans. Ceci est sans aucun doute la position des khawarij, ceux qui rendent mécréants par les péchés même si l’auteur de ces péchés ne les a pas considéré licites.
Les textes législatifs prouvent, et ceci est la position de Ahl As Sounna wal Jamâ’a, que les péchés autres que le polythéisme ne font pas sortir leurs auteurs de l’Islâm tant qu’il ne les rend pas licites.
Allah dit : « Certes Allâh ne pardonne pas qu'on Lui donne quelqu'associé. A part cela, Il pardonne à qui Il veut » et le Messager d'Allâh dit « Sortira du feu celui qui possède dans son cœur un atome de foi » [et d’autres preuves encore] »





Résumé du livre de Abou ‘Abdilaziz ‘Outhmân Al A’miri

Télécharger le livre en Arabe

Publié dans Mohamed al Maghrawui

Commenter cet article