Al Ikhwan Al Muslim - Partie 4

Publié le par Kamaal As-Salafii Al-Maghribii

Deuxième fondement : le serment d’allégeance

Le serment d’allégeance chez les frères musulmans est un serment soufi et militaire, comme l’a montré Hassan Al-Banna lorsqu’il a expliqué les dix piliers du serment d’allégeance qui est le suivant : « Ecoute et obéis, sans gêne, sans doute et sans réticence »  et c’est un fondement  soufi.
Hassan Al-Banna a prêté serment d’allégeance à la voie soufie avant qu’il ne fonde les frères musulmans, il montre dans son livre Mudhakirat da’iya qu’il a fait acte d’allégeance au cheikh de la voie Al-Hassafiya et qu’après la création du groupe des frères musulmans il a pris cette méthode d’acte d’allégeance qui existait chez les soufis et il l’a introduite dans son appel.  Même l’appellation « guide suprême » provient de l’appellation soufie « le saint parfait » et d’autre l’ont appelé « Le guide » comme dans certains livres soufis contemporains que je possède et le nom « le guide suprême » est un nom soufi et Hassan Al-Banna l’a choisit pour lui, et on l’a nommé « le guide suprême » et tous ceux qui viennent après lui (parmi les leaders), sont appelés ainsi.

Leur serment d’allégeance se divise en deux parties :
Première partie : pacte d’allégeance soufi où il ne faut pas contester les décisions du shaikh ou du responsable sous peine d’être renvoyé. ‘Umar At-Tlamssani dit  dans son livre Dhakayat lâ Mudhakarat  qu’il était entre les mains de Hassan Al-Banna, comme le mort entre les mains de la personne qui le lave,  et cela est le slogan du soufisme, il a dit aussi qu’il écoutait avec l’oreille de Hassan Al-Banna et voyait ce qu’il voyait, et d’autres choses encore. Ainsi, tous les frères musulmans doivent être dociles et obéissants.
Deuxième partie : pacte d’allégeance militaire où il faut s’engager à obéir à l’Emir en ce qui concerne le jihad et les combats,
Le militarisme est apparu très clairement en 1940, lors de la création  de « l’organisation spéciale » secrète des frères musulmans. Pour adhérer à cette organisation il faut faire prêter serment sur le Coran et le fusil, et donc exécuter les ordres émis de poser des bombes et de tuer des gens, comme c’était le cas à cette époque où ils ont tué et égorgé des gens comme l’a rapporté Muhammad As-Sabbagh dans son livre At-Tandhim Al-Khas où il parle des opérations accomplies, comme les attentats, les assassinats, les manifestations, les attentats à la bombe dans des manifestations, ils ont aussi tué des militaires mais aussi des personnes ordinaires, et d’autres exactions encore.

Je voudrais citer un seul incident comme exemple du militarisme : il y avait des plans sur des papiers pour mener un coup d’état contre le Roi Faruq, ces papiers ont été découvert dans une jeep, la police les a saisit et a pris les nom des personnes qui s’y trouvaient, Hassan Al-Banna a envoyé par le biais de As-Sindi (il est le responsable de l’organisation spéciale, As-Sindi n’exécute que les ordres qui viennent de Hassan Al-Banna, afin que les gens ne sachent pas qu’il y a une relation directe entre l’organisation spéciale et Hassan Al-Banna, ainsi l’apparent c’est que l’administration générale est politique, et l’organisation spéciale est une section militaire indépendante, mais la vérité c’est que les ordres proviennent de Hassan Al-Banna et As-Sindi exécute ses ordres) un homme pour poser des explosifs dans le tribunal où se trouve ces papiers, afin qu’il pose une petite valise d’explosifs près du casier qui abrite ces papiers. Au moment où il allait partir, un homme lui ramène cette valise en croyant qu’il l’avait oublié, alors celui qui avait posé la bombe s’est mis à courir en disant à l’homme derrière lui « Jette la ! Il y a une bombe dedans »  alors l’homme a jeté la valise qui a explosé. La personne qui a posé ces explosifs a été arrêtée et interrogée sur les faits –la police savait bien que la cible était les plans–  et il a nié toute relation avec les frères musulmans, mais la presse disait que c’était le groupe des frères musulmans qui était derrière cette opération. Hassan Al-Banna a alors publié un article dans son journal où il niait toute relation avec cet homme, en disant que cet acte ne faisait pas partie de l’islam.

Muhammad As-Sabbagh dit : « Quand cet homme a lu dans ce journal que les frères musulmans disaient, que par son acte il ne fait pas partie des musulmans, l’homme a avoué en disant : ils mentent, c’est bien eux qui m’ont envoyé pour poser la bombe et maintenant ils me déclarent mécréant. » Muhammad As-Sabbagh a dit après : « cet homme n’a pas compris les paroles de Hassan Al-Banna, car Hassan Al-Banna ne voulait pas dire ce que cet homme a compris, mais il s’agit d’une règle de guerre, et l’art de la guerre c’est la tromperie ». C'est-à-dire que Hassan Al-Banna mentait dans cet article car il était en terre de guerre et donc il a rendu le gouverneur mécréant pour mener cette guerre (car on peut pas déclarer la guerre contre des musulmans).

Ainsi, le premier qui a parlé de la question du takfir (rendre mécréant) du gouverneur est Hassan Al-Banna et non pas Sayid Qutb. Hassan Al-Banna a mis en place l’organisation spéciale après avoir rendu le gouverneur mécréant afin d’organiser un coup d’état, et Muhammad As-Sabbagh nous a informés que Hassan Al-Banna voyait que la guerre est l’art de tromper l’ennemi, et la guerre ne peut être déclaré qu’aux mécréants.

En 1944, Hassan Al-Banna a pris serment d’allégeance de Jamal ‘Abd An-Nasir qui s’est joint à l’organisation spéciale et il a fait acte d’allégeance à As-Sindi, tout cela afin de mener un coup d’état contre le Roi Faruq. Puisque Hassan Al-Banna prétendait être sur la voie de l’islam, il ne pouvait se révolter que s’il voyait que le gouverneur était mécréant, et Hassan Al-Banna voyait que le gouverneur était mécréant, et c’est lui qui était derrière les attentats, ainsi que As-Sindi qui recevait directement les ordres de Hassan Al-Banna.

Nous voudrions vous montrer comment se fait ce serment d’allégeance chez les frères musulman : il y avait un juge qui s’appelle Al-Khazin Dar, ce juge a emprisonné certains frères musulmans, As-Sindi a déclaré ce juge mécréant et il lui a envoyé deux hommes membres de l’organisation spéciale pour l’assassiner,  ils ont réussi à commettre leur crime, par contre ils ont été arrêtés et incarcérés. Hassan Al-Banna s’est alors mis violemment en colère contre As-Sindi, pourquoi ? Car il avait agit de son propre chef et n’avait pas pris les ordres de Hassan Al-Banna pour assassiner Al-Khazin Dar.

Muhammad As-Sabbagh dit que As-Sindi a été jugé par Hassan Al-Banna et les grands responsables – normalement il doit être jugé par un tribunal de l’état, mais ils ont leur propre état – et on l’a interrogé sur son comportement et sur le fait qu’il n’attende pas les ordres – observez bien cela, il aurait dû attendre les ordres pour tuer, parce que cela fait partie du pacte d’allégeance, « écoute et obéis sans réticence » ils ne débattent pas sur le fait qu’il n’est pas permis de tuer Al Khazin Dar, mais sur le fait qu’il a agit sans attendre les ordres–  il a répondu : « un jour j’étais avec l’imam Hassan Al-Banna, et il s’est mis en colère contre le verdict de ce juge (Al-Khazin Dar), j’ai cru que l’imam voulait le tuer alors je l’ai tué ». Qu’est ce qu’ils lui ont répondu ? Ils lui ont répondu : « Puisque tu as tué cet homme parce que tu croyais que l’imam Hassan Al-Banna voulait le tuer, cela est considéré comme un meurtre par erreur, tu n’as rien à te reprocher car tu l’as tué par erreur. ». Pourquoi par erreur ? Pas vis-à-vis de la législation d’Allah mais de Hassan Al-Banna qui est devenu la source de la législation, s’il donne l’ordre de tuer ils tuent, et ceux qui tuent parce qu’ils ont mal compris son ordre, leur acte sera considéré comme un meurtre par erreur comme l’a rapporté Muhammad As-Sabbagh. Ce qui explique que l’acte d’allégeance chez les frères musulmans est soufi d’une part et militaire d’autre part, s’il s’agit d’un état gouverné par Hassan Al-Banna qui donne les ordres de tuer les gens, commettre des attentats, de faire le jihad…  Et le coup d’état de 1952 en est la plus grande preuve.

Publié dans Les Frères Musulmans

Commenter cet article